L’ASTEETunisie publie la Revue Journal International  Sciences et  Techniques de l’Eau et de l’Environnement (JISTEE), téléchargeables gratuitement et distribués lors de ses congrès annuels.

International Journal Water Science and Environment Technologies

Indexation : ISSN Online: 1737-9350 ISSN Print: 1737-6688
Open Access , Peer Review Mechanism, Fast Publication (40-90 Days) 

: jistee@iresa.agrinet.tn      et en Cc     :  jistee@yahoo.com

Volume (VI) : Eau-Agriculture-Climat’2021 Water-Agriculture-Climate’2021

Numéro 1 (11 Articles) – Avril 2021 : Issue 1 – April 2021

Numéro 2 – Août 2021 : Issue 2 – August 2021

Numéro 3 – Décembre 2021 : Issue 3 – December 2021

Le changement climatique bouleverse les équilibres géographiques et saisonniers, menace la production agricole et la sécurité alimentaire, exacerbe les tensions, créant des incidences dans ce rapport déjà complexe entre le monde agricole et l’eau. Gérer plus efficacement les ressources, répondre aux besoins, anticiper les conflits d’usage s’imposent désormais à tous. Pour cela, il faut réinventer les liens entre l’eau et l’agriculture face aux enjeux climatiques et alimentaires, promouvoir une nouvelle approche des relations avec l’eau verte et l’eau bleue, appréhender les besoins pour l’agriculture de demain, et rechercher de nouvelles coopérations pour une meilleure qualité de l’eau. Le changement climatique impacte le cycle de l’eau et l’agriculture. Les sécheresses et canicules ont des effets à la fois directs (mortalités) et indirects (changements des habitats microbiens). Toutes les fonctions microbiennes et la biodiversité sont touchées. Même si la pluie revient au bout d’un certain temps, le retour de la vie microbienne n’a rien d’assuré : il y a des effets de seuils possibles. Bien que l’irrigation soit souvent accusée par le grand public de mobiliser trop de ressources et de « gaspiller l’eau », l’analyse comparée des chiffres montre pourtant une très heureusement pourvue en eau par la nature et une irrigation peu consommatrice et dont l’efficience a beaucoup progressé. Le changement climatique, dont les effets sont déjà perceptibles, aura des conséquences lourdes sur l’agriculture comme sur les ressources en eau et les milieux aquatiques dans les prochaines décennies. Il va nécessiter à la fois des transformations importantes de l’agriculture et la sécurisation de la ressource en eau dans le respect des équilibres naturels. Le départ massif à la retraite d’agriculteurs dans la décennie à venir et l’arrivée de jeunes agriculteurs formés à l’agroécologie constituent à ce sujet un énorme défi mais aussi une formidable opportunité pour déployer cette transformation. Cette dernière peut offrir des perspectives nouvelles au monde agricole et contribuer à restaurer le dialogue de celui-ci avec le reste de la société, autour des questions de l’eau, de son partage mais aussi des pratiques agricoles au sens large et des externalités positives de l’agriculture (qualité de ‘’eau, paysages, captation du carbone, gestion des risques naturels…). Au regard de l’importance des changements à venir, les conditions de transition de l’agriculture, comme de son accompagnement dans cette mutation devront faire l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics (développement et conseil agricoles, financements…) et d’une volonté politique forte, portée sur le temps long. Les politiques publiques devront être adaptées au rythme et à l’ampleur du changement climatique et opter résolument en faveur de soutiens adossés à des résultats et non plus seulement à des engagements de moyens. Par ailleurs, les pouvoirs publics devront être très attentifs, dans cette transition, à l’équilibre économique des entreprises agricoles comme à la viabilité des filieères, actuelles ou nouvelles. Parmi les récommondations :

  • Accélérer la transformation de l’agriculture pour faire face au changement climatique.
  • Faire des sols le socle de la stratégie de l’adaptation de l’agriculture au changement climatique.
  • Concevoir et mettre en place l’irrigation de demain : vers une irrigation « de résilience ».
  • Mettre en place les conditions d’un renforcement acceptable de la ressource en eau pour l’agriculture.
  • Dynamiser une gouvernance territoriale pour la gestion de l’eau.
  • Connecter plus fortement la recherche, le développement et les agriculteurs et filières confrontées au changement climatique

Noureddine Gaaloul
Professeur de l’Enseignement Supérieur Agricole (INRGREF)
Fondateur et Rédacteur en Chef de la Revue « Journal International Sciences et Techniques de l’Eau et de l’Environnement » (www.jistee.org)                                  Président de l’Association Scientifique & Technique pour l’Eau et l’Environnement en Tunisie (ASTEETunisie)

Climate change upsets geographic and seasonal balances, threatens agricultural production and food security, exacerbates tensions, creating implications for this already complex relationship between the agricultural world and water. Managing resources more efficiently, meeting needs and anticipating conflicts of use is now a matter for everyone. To do this, we must reinvent the links between water and agriculture in the face of climate and food issues, promote a new approach to relations with green water and blue water, understand the needs for the agriculture of tomorrow, and seek new cooperation for better water quality.Climate change impacts the water cycle and agriculture. Droughts and heat waves have both direct (mortalities) and indirect (changes in microbial habitats) effects. All microbial functions and biodiversity are affected. Even if the rain returns after a while, the return of microbial life is not guaranteed: there are possible threshold effects.Although irrigation is often accused by the general public of mobilizing too many resources and of “wasting water”, the comparative analysis of the figures nevertheless shows a very fortunately provided with water by nature and a low-consumption irrigation. efficiency has improved a lot.Climate change, the effects of which are already noticeable, will have serious consequences on agriculture as well as on water resources and aquatic environments in the coming decades. It will require both major transformations in agriculture and the securing of water resources while respecting natural balances.The massive retirement of farmers in the coming decade and the arrival of young farmers trained in agroecology is a huge challenge in this regard, but also a great opportunity to deploy this transformation. The latter can offer new perspectives to the agricultural world and help restore the latter's dialogue with the rest of society, around issues of water, its sharing but also agricultural practices in the broad sense and positive externalities. agriculture (water quality, landscapes, carbon capture, management of natural risks, etc.).In view of the importance of the changes to come, the conditions for the transition of agriculture, as well as its support in this transformation, should be the subject of special attention by the public authorities (agricultural development and advice, financing, etc.) and a strong political will, carried over the long term. Public policies will have to be adapted to the pace and scope of climate change and resolutely opt in favor of support based on results and no longer only on commitments of resources. In addition, the public authorities will have to be very attentive, in this transition, to the economic balance of agricultural enterprises as well as to the viability of sectors, current or new. Among the recommendations:
  • Accelerate the transformation of agriculture to face climate change.
  • Make soils the basis of the strategy for adapting agriculture to climate change.
  • Design and implement the irrigation of tomorrow: towards “resilience” irrigation.
  • Establish the conditions for an acceptable strengthening of water resources for agriculture.
  • Boost territorial governance for water management.
  • Connect research, development and farmers and sectors facing climate change more strongly

Noureddine Gaaloul

Professor of higher education and full Researcher in the National Institute of Research in Rural Engineering of Water and Forestry (University of Carthage, INRGREF-Tunis).

President of Scientific and Technical Association for Water and the Environment in Tunisia (ASTEETunisie)

Founder and Chief Editor International Journal Water Science and Environment Technologies (www.jistee.org) 



El Badaoui et al. pp 9-20, (Université de Cadi Ayyad- Marroc), Ahmed Algouti, Abdellah Algouti, Fatiha Hadach: Analyse des sédiments de la riviére du Toudgha et l’évolution de l’occupation du sol du bassin versant, (flanc sud du haut Atlas central. Maroc

Dorsaf et al. pp21-29 (Université de Carthage –INAT – Tunisie), Tarhouni Jamila: Evaluation de tendances et de la variabilite de température au Sud-Est Tunisien

Kahouadji et al. pp. 30-39, (Université de Tlemcen – Algérie),Boudghène Stambouli Sihem, Benabadji Noury : Étude de la germination des graines de Petit pois (Pisum arvense L.P.F.) espèce cultivée soumise aux traitements salés de Chlorure de sodium (NaCl) et de sulfate de potassium (K2SO4)

Cheikh et al. pp. 40-51 (Université Assane Seck de Ziguinchor – Sénégal), Sidy Dièye, Ababacar Fall, Boubacar Solly : Cartographie des risques d’inondation à l’échelle du bassin fluvial à l’aide de l’indice de potentiel d’inondation : Cas du sous-bassin du Niéri-Ko (Bassin de la Gambie)

Mbuangi etal. pp. 52-61 (Université Joseph Kasa Vubu, Boma/RDCongo),Ntoto M’vubu Alphonse Roger : La consommation du charbon de bois dans la ville de Boma (RDCongo) : enjeux socioéconomiques et écologiques

Djebbari et al. pp. 62-70 (Université de Tlemcen- Algérie), Meftah Fatima Zohra, Hadj Allal Fatima Zohra, Merzouk Abdessamad :Chronologie phytodynamique de quelques stations du matorral : région de Tlemcen

Gbenou Pascal pp.71-78 (Université Nationale d’Agriculture – Bénin) : Effets des biofertilisants SAIN-orga1, SAIN-orga2 et du jus de vermicompost sur le tallage du riz IR 841 en système de riziculture intensive dans les conditions agroécologiques de Kakanitchoé, commune d’Adjohoun au Bénin

Epolyste et al. pp.79-87 (Université de N’Djamena – Tchad), Ayambi goutima, Abdel-Aziz adoudou mahamat : Etude diagnostique de la contamination par les nitrates des eaux souterraines de la plaine de djermaya, province de hadjer lamis au Tchad 

 

Gaaloul et al. pp. 89-103 (University of Carthage – Tunisia), Saeid Eslamian, Rim Katlane: Integrated Water Resources Management and Climate Change.

Ben Khelifa et al. pp.104-113 (University of Carthage – INRGREF – Tunisia), Sameh Chargui: Drought impact on rainfall and water storage in Tunisian semi-arid context

El Badaoui et al. pp. 114-123 (University of Cadi Ayyad- Marroco), Ahmed Algouti, Abdellah Algouti, Essaadia Adaze: Erosion Potential Method (Gavrilović Method): Methodological improvements and application in Toudgha River catchment, southeast of Morocco

 

[/vc_tta_accordion][/vc_column][/vc_row]